ArtantheCities
ART TRAVEL
& MORE
Follow me

Search

El uso del vidrio en el arte

L’utilisation du verre dans l’art m’a toujours fasciné notamment dans les grandes vitrines aperçues dans mille coins d’Europe lors de mes voyages. D’immenses vitraux réalisés avec de petits fragments de verre, chacun choisi pour son usage spécifique. 

La vérité est, cependant, que je n’ai jamais été fasciné par cela au point de me plonger dans le sujet. Jusqu’à ce que je fasse une découverte intéressante et que mon approche change complètement. 

Un samedi après-midi, je cherchais désespérément un nouveau livre à lire qui m’éloignerait pendant quelques heures des dissertations et des travaux universitaires exigeants. Et donc en cherchant des titres d’auteurs que j’avais déjà lus et auxquels je pouvais donc faire confiance, j’ai décidé de prendre celui qui m’attirait le plus : A Girl at Tiffany ‘s de Susan Vreeland.

Un de ces livres, comme beaucoup de Vreeland, qui raconte une histoire d’art différente et ne nous laisse pas nous arrêter un instant, pas même pour reprendre notre souffle. Dans le livre, Vreeland raconte l’histoire de la designer Clara Wolcott Driscoll qui, avec un groupe de filles appelées les « filles Tiffany », a révolutionné les lampes de l’Art nouveau américain à travers la coupe et le choix du verre.  

Au fil des pages du livre, j’ai commencé à apprécier cette matière magique qui agit par les effets de la lumière qui la traverse. Contrairement à d’autres matériaux qui réfléchissent la lumière sur la surface. En architecture, le verre coloré est un élément ludique. Le verre réagit en effet aux conditions du ciel et à la lumière extérieure et les dessins réalisés dans les fenêtres illuminent les intérieurs et remplissent les pièces de couleur. 

L’utilisation du verre dans l’art ancien

L’histoire du vitrail est ancienne. Plusieurs études attestent que les verriers du monde antique connaissaient la technique de fabrication du verre coloré. Cependant, personne n’a encore établi si la découverte de l’introduction d’oxydes métalliques dans la production de verre s’est produite accidentellement ou par choix. 

Une chose est certaine : le développement du verre chimiquement coloré, peint ou coloré en tant que médium artistique remonte à l’Europe médiévale. Deux facteurs principaux expliquent cette évolution. Le premier est la signification symbolique et mystique attribuée à la lumière dans la théologie chrétienne. Et l’autre est liée à une découverte architecturale : l’arc brisé gothique. En fait, avec son introduction, la construction des édifices religieux en Europe a changé, laissant place à de grandes surfaces de murs non porteurs qui pouvaient être « percées » et remplies de grandes baies vitrées. 

L’utilisation du verre dans l’art

gothique La période gothique devient ainsi le moment d’utilisation maximale du verre coloré. Et de ce matériau et des différentes techniques de fabrication du vitrail, nous commençons à parler dans certains manuels de l’époque. Le premier à donner des instructions techniques est un artisan allemand du nom de Théophile qui De diversis artibus en parle librement 

Et plus ou moins à la même époque, l’usage du vitrail commence aussi à se répandre en France avec l’abbé Suger qui commence les travaux de l’église Saint-Denis à Paris. Son but est de transformer l’église en un véritable livre de prières illustré à travers les vitraux. Et le symbolisme des fenêtres de cette église gothique et de bien d’autres est expressément lié au concept de lumière dans la religion chrétienne. En fait, la lumière est un symbole de la Création et de la Résurrection et dans le Nouveau Testament de Jésus lui-même.

La technique de fabrication du vitrail gothique

Le matériau de base du vitrail est le verre obtenu en ajoutant à la pâte des oxydes métalliques ou des minéraux. La première étape consiste en la création de l’histoire puis du dessin de base pour ainsi établir la composition de l’œuvre et les couleurs à utiliser. Le verrier crée alors des caricatures grandeur nature de ce que sera le vitrail et l’épissure métallique qui rejoindra les « panneaux » de verre commence à être esquissée. 

Chaque plaque de verre est cuite dans des fours spéciaux à très haute température puis découpée à la forme souhaitée, numérotée et collée (collée au plomb). Ces panneaux de verre, numérotés et bordés de plomb, sont ensuite soudés entre eux pour former l’image d’ensemble.

La signification symbolique des vitraux gothiques

Les images créées par la lumière pénétrant par les vitraux du Moyen Âge gothique sont des symboles. Au fur et à mesure que la lumière passait par les fenêtres, les couleurs se mélangent à l’intérieur, colorant la pierre, les visages et les corps des gens. Ainsi l’atmosphère à l’intérieur du bâtiment est complètement transformée. Et en transformant l’esprit sous forme de lumière en substance, les images de vitraux créent une réalité virtuelle. Les vitraux deviennent alors des représentations au même titre que la peinture ou la sculpture. Et à certains égards, même idéologiquement plus fort. 

Malheureusement, de nombreux vitraux médiévaux ne nous sont pas parvenus pour diverses raisons. Le verre étant un matériau si fragile même s’il est fabriqué avec beaucoup de soin et pour résister au temps et aux intempéries, de nombreuses fenêtres ont été détruites par les guerres et les bombardements dans toute l’Europe. Beaucoup mais pas tous. Quelques exemples prodigieux sont restés à la fois en France comme la Saint-Chapelle à Paris et en Angleterre comme la cathédrale de Canterbury. 

L’utilisation du verre dans l’art moderne

Pendant des siècles, la fabrication du verre est restée un art spécialisé et a surtout servi à la création de vitraux. Jusqu’à ce que quelque chose change à la fin du XIXe siècle : le modernisme est né. L’intérêt pour l’art du verre revient très fort et une distinction commence à se faire entre l’artiste designer et l’artiste artisan. 

Une attention très forte envers les nouvelles formes architecturales et décoratives se développe dans toute l’Europe. Bâtiments, meubles, lampes, stations de métro. Tout est repensé dans une tonalité moderniste et on parle d’art global. Tous les arts doivent être développés et appliqués simultanément pour rendre ce qui est fonctionnel aussi beau. 

Ainsi, le verre devient le protagoniste des décorations architecturales, de l’ameublement et plus encore. Dans ce cas également, les artistes mettent en valeur sa principale caractéristique : la capacité de filtrer et de façonner la lumière, mais la technique de construction ne change pas beaucoup par rapport au passé, elle devient simplement plus industrielle. 

Les images construites à travers des morceaux de verre coloré sont utilisées, comme des peintures, pour représenter non seulement des personnages sacrés mais aussi pour raconter de nouvelles histoires. 

Lampes et verres Tiffany à l’époque de l’Art nouveau

Cet art est ainsi passé de l’Europe à l’Amérique grâce à des voyages à Londres et des visites au Victoria et Albert de personnages tels que Louis Comfort Tiffany. Le frère du fondateur de Tiffany & co. et l’un des premiers designers de l’entreprise se passionne pour les vitraux médiévaux et leurs effets de lumière et fonde ainsi son entreprise. Il emploie un groupe de filles dans la fabrication du verre et dirigera le département de coupe du verre par Clara Discroll. La seule et unique protagoniste féminine de la renaissance du vitrail dans l’art moderne en Amérique, mais aussi de la livre de Vreeland qui m’a rendu si passionné par cette technique. 

L’utilisation du verre dans l’art du XXe siècle

Et l’utilisation du verre coloré ne s’est pas arrêtée avec le modernisme de la fin du XIXe siècle mais s’est également poursuivie au milieu du XXe siècle dans l’architecture grâce à des collaborations avec les artistes les plus célèbres du siècle. Et les résultats de ces collaborations sont prodigieux, comme les verres de la Chapelle du Saint-Marie du Rosaire conçus dans les années 1950 par Henri Matisse. Ou celles des vitraux de Chagall, destinés aussi bien aux églises qu’aux synagogues. 

Le verre dans l’art reste donc un matériau exploité depuis toujours et dont la technique a produit quelques-uns des plus beaux chefs-d’œuvre de notre histoire de l’art. La lumière la rend unique et surtout lui permet d’évoluer dans le temps. Aucun objet en verre ne sera toujours vu de la même manière et cela le rendra encore plus unique. 

Couverture : vitrail de la cathédrale de Chartres (détail) ©Schneider Ludwig